Les Français d’Amérique du Nord et du reste du monde plus engagés que jamais pour l’avenir de l’Europe.

03.06.2019

 

Samedi dernier, les Français d’Amérique du Nord ont été appelés à voter pour choisir leurs représentants au Parlement européen. Comme aux élections présidentielle et législative de 2017, La République en Marche (LaREM) arrive en tête des européennes chez les Français de l’étranger, obtenant 82.598 votes, soit 36,84% des suffrages exprimés, selon les résultats définitifs du ministère de l’Intérieur.  Deuxième au niveau national, la liste Renaissance de Nathalie Loiseau, obtient 22.42% avec 5 079 015 votes, et devrait obtenir 23 sièges au Parlement dès l’application de la sortie du Royaume-Uni.
 
A l’étranger, la liste de Nathalie Loiseau est suivie d’Europe écologie les Verts (46.012 votes, 20,5%) qui a réussi à être en tête à Montréal avec près de 30% des voix, l’Union de la Droite et du Centre (18.684 votes, 8,33 %) et Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen (15.916 votes, 7,10%). La France Insoumise et la liste citoyenne du printemps européen soutenue par Benoît Hamon se hissent respectivement aux 6e et 7e place chez les Français hors de France, avec 11.583 votes (5,17%) et 7.850 voix (3,5%).
 
Comme en métropole, la participation chez les Français de l’étranger est en hausse par rapport au scrutin de 2014. Elle atteint 18,36% contre 11,04% il y a cinq ans. 228.929 électeurs sont allés voter, contre 117.441 en 2014. Nous ne pouvons que nous féliciter de la participation aux Etats-Unis (San Francisco avec 19,18%, la Nouvelle-Orléans avec 19,47% et Boston avec 19,62%) et au Canada (Montréal, la participation s’élève à 16,86 %)
 
Cette élection ouvre donc la deuxième partie du quinquennat. Les résultats d’Europe écologie les Verts, qui sont arrivés troisième au niveau national, premier à Montréal et deuxième en Amérique du Nord, semblent démontrer une volonté particulière des Français et des Français en mobilité sur l’écologie. 

 

Le Grand débat national avait déjà montré cette volonté croissante des Français en mobilité pour l’écologie. Là aussi l’Amérique est un laboratoire géant : deux visions du monde s’affrontent depuis au moins le Protocole de Kyoto entre les climato-sceptiques et une nouvelle génération Trans partisane qui a vu dans la transition énergétique une opportunité économique.  C’est aussi cette vision que porte Emmanuel Macron et que nous allons accélérer dans cette deuxième phase du quinquennat, notamment avec la banque du climat. 

 
A ce titre, je souhaite une fois de plus vous rappeler mon engagement pour aller beaucoup plus loin dans la transformation environnementale en Europe et dans le reste du monde, à un moment où l’enjeu écologique cristallise les nouveaux clivages politiques. Dans les prochaines semaines, les députés à l’Assemblée Nationale examineront un projet de loi énergie et climat ainsi qu’un Projet de loi sur l’économie circulaire afin que la France soit le fer de lance d’une économie décarbonée.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

95, rue de l'Université
75007, Paris, France