Pourquoi j’ai voté pour la dérogation des néonicotinoïdes pour préserver la filière betterave

06.10.2020

 

Les betteraviers français sont confrontés à une crise inédite liée à la propagation du virus de la jaunisse dans l’ensemble des régions productrices. Les solutions alternatives aux traitements à base de néonicotinoïdes, utilisées au cours de l’hiver 2019-2020, se sont révélées inefficaces et inutilisables. 


Dès lors, afin de préserver la filière betterave-sucre et les 46 000 emplois qui étaient menacés, nous avons décidé de voter une dérogation strictement encadrée et limitée.


Elle est limitée aux seules betteraves avec un conseil de surveillance dotés de pouvoirs de contrôles qui se réunira tous les trimestres pour vérifier les avancées de la recherche scientifique en matière d’alternatives aux néonicotinoïdes. 93% des substances restent donc interdites. 


Je regrette cette dérogation. Je la déplore car je reste convaincu que l’avenir de l’agriculture passe par sa transition vers des modèles plus durables. Mais nous ne pouvons demander dans des délais si courts à toute une filière d'arrêter de produire. Cela reviendrait à saboter nos agriculteurs au profit des productions venant de l'étranger. 


Comme dans la loi sur l’agriculture de 2016 et le glyphosate, j'assume de ne pas voter des dispositions inapplicables. Je crois au contraire à la transition de nos modèles à des échéances courtes pour que le changement soit palpable.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

95, rue de l'Université
75007, Paris, France